laetiket1.jpg
 

Auteur compositeur interprète, Laetikèt joue avec pertinence avec celle qu’on pourrait lui attribuer. Tantôt sarcastique, ironique, mélancolique ou revancharde, son univers est inspiré de tranches de vie souvent bien épicées. Percussionniste, accordéoniste, guitariste, sa voix accompagne avec merveille tous ces instruments sur scène. Elle a fait la première partie de Pierre Vassiliu, partager le plateau France bleu du printemps de bourges 2008 avec tiken jah fakoly et daniel Darc. Laetikèt a remporté le 3ème prix du trophée France bleu de la truffe de périgueux en août 2008. Ses titres sont diffusés sur plusieurs radios ( france bleu limousin, france bleu creuse, radioasso montauban, la grosse radio, emusic box) et en vente sur toutes les plateformes de téléchargement l’album est en cours et les souscriptions sont ouvertes…

http://www.myspace.com/laeti008

Sharitah Manush en concert à la Bulle ce vendredi !!

jungleq.jpg

 

Sharitah Manush à la Bulle c’est un peu comme si Lucky Luke et sa blonde Pat Poker, sous acide, venaient régler leur comptes en acoustique aux Daltons. Rajoutez une petite pincée de sauce pistou aux spaghettis de Morricone et vous obtiendrez un joyeux mélange de métaphysique psychélédique, avec un doigt de whisky frelaté et deux cuillères d’esprit manouche.

Voilà les Sharitah Manush, un duo attachant de chanson patraques et dans la marge où la poésie du n’importe quoi façonne avec brio un répertoire qui claque.

Manu et Sonia vivent leur musique comme Jolly Jumper boit de l’eau et ça se voit !

Samedi 7 novembre – Apéro vernissage de Véro !

091025200134.jpg
 

« Se raconter une histoire à partir de quelques coups de pinceaux,
s’ imaginer ce qu’on veut, se regarder comme dans un miroir ou pas.
Se reconnaître, se sentir regarder, epier ou bien devenir soi-même
voyeur …
- Qu’est-ce qu’ils me veulent tous ces regards ? je les connais pas moi,
pourquoi ils me regardent comme ça ?
et lui qu’est-ce qu’il voit ? Qu’est-ce qu’il se raconte ? Qu’est-ce qu’il imagine ?
Quelquefois on se regarde dans un miroir mais on ne se reconnaît pas,
quelquefois on se reconnaît plus dans les yeux de quelqu’un d’autre que dans
les notre .
Moi, je suis un peu tous ces visages, et vous ?  »

vernissage à partir de 19H30 en présence de l’artiste!

Deux evenements à ne pas manquer ce mois-ci !!

Jeudi 15 octobre 18h-20h == Vernissage du TRES prometteur photographe bordelais Mike Palace

mikeblog.jpg

L’association madame Toulmonde vous invite à venir découvrir, dans
le cadre du projet amalgame, le travail de ce jeune artiste lui aussi
bordelais.
Du 15 au 31 octobre Mike Palace investit la rue Saint James avec
une trentaine de photographies qui ne laisseront pas les passants
indifférents. Des images bien léchées, si l’on peut dire, où le corps et
la lumière sont mis en scène dans des compositions qui laissent une
large place à l’imaginaire. Vernissage à la Bulle de Fabrique’s, rue Saint
James, le jeudi 15 octobre de 18h à 20h.

Manifestation organisée par l’association Madame Toulemonde
amalgame-arts-graphiques.blogspot.com

Vendredi 23 octobre à 20h30 == Apéro dédicace ludique avec l’auteur Thomas Dellart pour la sortie de son premier roman « Une décision presque parfaite »

unedecisionpresqueparfaite.jpg

Ce roman se veut le reflet de notre époque, fait de liens qui se créent et d’autres qui se rompent. Roman drôle et juste à la fois, son originalité réside dans la mise en parallèle entre la prise de décision en entreprise  et celle liée à la recherche amoureuse.  
Vous ne voyez pas de point commun ? Alors venez lire les extraits. Vous trouverez des liens avec des images, de la musique, des vidéos qui vous permettront de vous immerger encore un peu plus dans l’histoire (je vous conseille par exemple de cliquer  sur « Tariquet », « majestueux dix-huitième » ou bien sur « Obsession »).

Avec ce premier roman, Thomas Dellart livre une reflexion personnelle à la fois drôle et cynique sur le management actuel et la recherche amoureuse.

Retrouvez le blog de Thomas : thomasdellart.over-blog.com

Jade Morisson en concert, chez nous… Un moment à ne pas manquer !

jadecouve.jpg

Dés les premières notes, les premiers accords, Jade Morisson nous installe dans son univers, le décor est planté : « Always, always, que tu ressentes encore ».

De prime abord le propos musical pourrait paraître épuré, sobre, avec une guitare folk très en avant, mais ces chansons sont comme de petits icebergs dans le dos, derrière la guitare, se cachent d’autres guitares, souvent mélodiquement très fines et posées, elles font scintiller chaque titre ; de rythmiques rock « palm mute » comme on dit en français, en arpèges précis, attaqués au médiator, en passant par des accords éclatants, le sentiment d’épure est tout relatif. (source Muzzart)

Jade est auteur-compositeur-interprète…
Sa voix révoltée, au bord de la brisure, n’en finit pas d’électriser ses mots.
Jade monte sur scène comme en urgence.
des chansons à textes rageuses et sous tension …

Gourmandises à la clé et top départ à 21H…

Vivez l’expérience acoustique Fernando Aragones

Nfernandoé au Brésil, Fernando Aragones est un ateur compositeur, un singing-songwriter pur sucre dans la veine Folk.

 

 

Sauf que… Fernando a déménagé en Australie et que tout en conservant ses racines latines et groovy il fait preuve d’une étonnante capacité à mélanger les styles et les influences musicales. Des rythmes brésiliens, aux percussions aborigènes, matiné d’un poil de hip-hop, vous serez séduit par ses paroles « soulful » qui font des Sets de Fernando une expérience musicale inédite !

 

C’est donc dans un style acoustique folk/roots nappé d’une samba funky et sensitive que Fernando nous interprétera ses morceaux…

 

http://www.myspace.com/fernandoaragones

Julien Pras en solo à la Bulle le 18 septembre !

pras.jpg
Il était au café de la danse à Paris ce lundi, il sera à la bulle ce vendredi pour un set acoustique magique… Accueillons comme il se doit Mister Julien Pras, himself !

Parenthèse solitaire pour le leader de CALC, qui vient poser ses accords majestueux d’indie-pop au 37/39. Accompagné de sa guitare, Julien comble de joie nos oreilles avec des compositions de haut vol et une mélodie pop-folk tout en douceur.

Cet oiseau là est rare alors foncez l’écouter vendredi !

PS : début à 21H, comme d’habitude entrée gratuite et de bonnes choses à manger…

on dirait bien qu’on ferme le dimanche maintenant…

travailledimanche.gif

Les deux bulleuses derrière le comptoir ont décidé, honteusement, de faire la grasse mat’ tous les dimanches (sauf le premier dimanche du mois). Comme d’habitude, nous prenons l’actualité en contre sens…

Histoire de ne pas vous cogner le nez devant la porte à 10H, nous vous rappelons que nous ouvrons maintenant à 11H, nous serons à l’heure maintenant ;-) .

 

Jusqu’au 30 juillet, venez visiter l’expo du collectif « les mains dans les pioches »

Il faut piocher,

Piocher c’est creuser, faire des trous,
Piocher, puis pelleter.
Comme un ouvrier, se cracher dans les mains, creuser des trous pour s’y mettre au frais. Au silence, au secret…
Piocher pour démonter des murailles. Puis, quand c’est fini, ranger pioche et pelle dans la cabane à outils, avec les autres choses.
Creuser un trou dans la terre, et du monceau apparu, en faire des boules.
des boules plastiques, des boules terreuses,

Boules de pétanque, de billard ou de quilles, boules à jouer.
Cartes de jeu sont histoire de pioche aussi. Bonne ou mauvaise pioche, pioche un pion, balle de match.

Carte à jouer avec l’autre, le spectateur. Lui tracer la cartographie d’un art ludique, où on l’invite à piocher, où il se sert au hasard. Où il ne reste pas les mains dans les poches son mouchoir par dessus. Où il plonge la main dans le sac, au risque d’un coup de pioche ou d’un œil poché. Où il s’embarque quitte à sombrer dans le plastique, s’oublier dans le sensible, s’abandonner à la pensée critique.

Avec le jeu inventer du social, créer du politique. Dans quel sens faut-il jouer aujourd’hui ? celui des aiguilles ou bien au contraire ? Les tours de jeu s’enchaînent;  » à toi de jouer ! à ton tour !  » pour jouer il faut tourner, pédaler, rouer, filer, peut-être se piquer à l’épine du rouet…
Filer, courir et s’échapper, puis avec le fil juste fait, coudre, ravauder, raccommoder, et crocheter. Renouer les liens que la fuite a défait

Fils liés en trame tissent la toile du réseau.
Tisser des réseaux. Tresser des ciseaux. Ciseler des tréteaux.

Couper coller. crtl+ x / ctrl+ v

Ces réseaux lumineux et visuels des mondes nouveaux et magiques des laptops, des face book et des oranges. Se plonger dans ces espaces merveilleux et communiquer, blogger, se faire googleïser. Après ça construire un espace de communication alternatif : dans le jeu, et par l’outil.

Dans la technologie archaïque de fils de laine rouge tissant des réseaux de formes plastiques envahissantes.
Dans le geste vain et psalmodique de faire des boules, puis de les répéter, en dérisoires constellations terreuses.
Dans la couture de fil blanc de l’orange du forfait, et dans la citation en hommage critique, l’After référenciel.
Dans l’usage ironique des signes et des codes, par une ornementation pourrie et un baroque déglingué.

Quatre pratiques réunies autour du ludique et du plastique… Réunies pour faire réseau, pour se brancher, et creuser     ensemble leur trou.
Et pour ce faire il y a les mains, nos mains, les mains de nous quatre, les quatre côtés du carré.
des mains qui cubent cousent et conceptent.
Parce que deux mains ne suffisent pas pour coller tous les timbres, taper tous les emails, démonter les cubes et porter les trucs lourds… quatre paires de mains font, au bas mot, une quarantaine de doigts, qui marquent plus, pour pointer les problèmes, comme pour laisser des empreintes.
Des mains qui saisissent, plantent, arrachent,

défont, refondent.
Serrent des paluches et desserrent des boulons.
Des mains au travail, l’outil contre la paume,

Des mains dans les pioches

(les mains dans les pioches)

photo0132.jpg

oeufs durs dans la cheminée

photo0131.jpg

La marquise s’illumine…

Des nouveautés, toujours des nouveautés dans l’espace boutique !

Nous développons activement, et en mode TGV, la boutique au sein du café.

Vous pouvez d’ores et déjà acheter les superbes bagues de Anne-Marie Paillet. Des bagues faîtes à partir de bouton de récup et au charme incroyable. à 7, 10 ou 12 euros de quoi se faire plaisir pour les vacances !!

photo0129.jpg

photo0128.jpg

On continue avec les superbes lampes de Sylb Créations, crées à partir de matériaux trouvés le plus souvent dans la rue.

Une petite photo de présentation (une de nos préférés, le bouquet d’ampoules) et demain un post spécial avec tous les exemplaires des luminaires de Sylb Créations présents au café. Comme les bagues, les lampes de Sylb sont des créations uniques disponibles pour tous les portes monnaie.

photo0130.jpg

 

 

12345
    • Album : Première visite - c'était pas gagné!
      <b>Premiere salle - l'espace snack.jpg</b> <br />
  • Catégories

 

Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
cplespilettes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Millenium Development Goal
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres